A Summit in Paris

Disponible! / Out Now!

Evan Christopher – Clarinet
Fapy Lafertin – Guitar
Dave Kelbie – Guitar
Sebastien Girardot – Double Bass

“Un disque qui se laisse écouter…avec un infini bonheur”


“le mariage entre l’expressivité créole d’Evan et le feeling à la Django de Fapy marche à la perfection!

Michel Laplace

A SUMMIT IN PARIS – Liner Notes

Le clarinettiste Evan Christopher poursuit ici la démarche expérimentée avec les albums “Django à la créole” (2008), “Finesse” (2010) et « Live ! » (2014) : associer les recettes toniques du gumbo musical de la Nouvelle-Orléans au jazz manouche de Django Reinhardt. L’idée est moins surprenante qu’il n’y paraît puisque ce dernier avait enregistré à Paris, en 1939, avec le clarinettiste ellingtonien Barney Bigard, natif de la Cité du Croissant, des faces restées célèbres. En revanche, il n’avait jamais rencontré dans les studios d’enregistrement Sidney Bechet qui vivait en France entre 1949 et 1953. Ce dernier est en quelque sorte présent dans ce recueil au travers de ses compositions : Bechet’s Fantasy dont il livra une version mémorable associé au clarinettiste Albert Nicolas, et Little Creole Lullaby, qui sera reprise en 1960 par Bob Wilber. L’interprétation qu’en donne Evan Christopher met en avant la qualité de son phrasé et sa sonorité chaude et boisée caractéristique des grands clarinettistes de la Nouvelle-Orléans qui l’ont inspiré. Son entente avec le guitariste manouche Fapy Lafertin est aussi manifeste dans le reste du répertoire qui propose des originaux de Django Reinhardt (Clair de Lune et Sweet Chorus), de Louis Armstrong (Wild Man Blues, Swing That Music) ainsi que deux standards (After You’ve Gone, In a Sentimental Mood). Dans ce contexte, Fapy Lafertin s’impose comme un digne héritier de Django Reinhardt. Il sait développer une ligne mélodique de vif argent en évitant toutes turbulances inutiles. Chaque note est à sa juste place. Tout est pensé et exprimé avec soin. Il forme avec Evan Christopher un duo de solistes au service d’une pensée musicale précise. Les deux compères dialoguent et se soutiennent par des contrechants complices en développant un discours personnel forgé par l’écoute assidue des maîtres. Ils enrichissent aussi le répertoire de deux originaux : Old Sober March et A Summit in Paris pour Evan Christopher et Cinzano et Plachterida, pour Fapy Lafertin. La solidité du jeu swinguant de Sébastien Girardot et l’accompagnement nuancé de Dave Kelbie, le propriétaire du label Lejazzetal à qui l’on doit de belles réalisations, concourent largement à la réussite de l’ensemble. L’art d’interpréter Django à la sauce louisianaise.
Alain Tomas

La Section Rythmique +2 with Harry Allen and Luigi Grasso

01- You ’N’ Me
02- In The Still Of The Night
03- Birth Of The Blues
04- Day Dream
05- Wes’ Tune
06- One For Duke
07- Blues Up And Down
08- New Orleans
09- Step Right Up
10- I Don’t Stand A Ghost Of A Chance With You

Harry Allen – Tenor Sax
Luigi Grasso – Alto Sax
Dave Blenkhorn – Guitar
Sebastien Girardot – Bass
Guillaume Nouaux – Drums

Fremeaux et Associés

Voici le grand retour de La Section Rythmique, la fabuleuse formation regroupant les grandes stars de l’ombre, à savoir : David Blenkhorn, Guillaume Nouaux et Sebastien Girardot. Propulsée sur le devant de la scène depuis la sortie de son premier album (Choc Jazz Magazine – Meilleur disque de l’année 2015), le groupe a multiplié les concerts et enregistrements (Cecile Mclorin Salvant, Evan Christopher, Scott Hamilton, Lillian Boutté, Jason Marsalis,…). S’éloignant du répertoire néo-orléanais du premier opus, le groupe s’oriente ici vers le swing et le bop. C’est d’ailleurs seulement quand on est « La section rythmique» que l’on peut se permettre de réunir deux monstres sacrés du saxophone, à savoir Harry Allen (la star américaine) et Luigi Grasso (le jeune lion italien), car elle seule peut servir un écrin aussi époustouflant et faire jeu égal avec les solistes. Immanquable.
Augustin BONDOUX / Patrick FRÉMEAUX

At last, they’re back! La Section Rythmique, the fabulous group whose stars were always behind the scenes, namely David Blenkhorn, Guillaume Nouaux and Sebastien Girardot. Catapulted to the front of the stage with the release of their first album — it was Record of the Year for Jazz Magazine in 2015 — the group has played countless concerts and done many recordings since then with the likes of Cecile McLorin Salvant, Evan Christopher, Scott Hamilton, Lillian Boutté or Jason Marsalis among others. La Section Rythmique has moved away from the New Orleans material of their first recording and taken swing and bop directions. And since only musicians of this band’s calibre could allow themselves guests like these, they’ve gone into the studio with two giants of the saxophone: American star Harry Allen and young Italian player Luigi Grasso. Only La Section Rythmique could provide such an amazing setting and rival the playing of their two guest soloists. Don’t miss this album!
Augustin BONDOUX / Patrick FRÉMEAUX


Three Blind Mice – See How They Run

1.Viper Mad
2.Echoes of Spring
3.Fidgety Feet
4.Black Beauty
5.Carolina Shout
6.Southern Sunset
7.Humoresque
8.Don’t Be That Way
9.Four Brothers
10.Panama
11.Home
12.The Jitterbug Waltz
13.Chloe
14.Russian Lullaby
15.Three Blind Mice

Felix Hunot: Guitare/Chant
Malo Mazurié: Trompette/Cornet
Sebastien Girardot: Contrebasse

Three Blind Mice Website

Liner Notes:

Three Blind Mice est une ronde enfantine en forme de canon datant de 1609. Quatre siècles plus tard, nos ‘trois petites souris aveugles’ d’aujourd’hui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd, car je me suis vite aperçu que ces trois individus ont comme amusement principal de prendre la musique au sérieux.
Jazz de chambre, jazz de poche : imaginez, il n’y a même pas de piano, ni de batterie ! Et pourtant ça fonctionne : ce trio vous fait réellement croire qu’ils sont au moins quatre, car chacun sait se démultiplier, augmenter son espace sans grignoter celui des deux autres. Pas facile de s’investir autant, mais ils sont costauds ces rongeurs ! Et puis les arrangements inventifs y sont pour quelque chose ; recherche de la variété : changement de tempos, de couleurs, de tonalités, breaks fréquents, utilisation de tous les possibilités de chaque instrument. On y ajoutera le choix minutieux du répertoire, parfois insolite : par exemple transvaser deux solos fameux de piano stride (Echoes of Spring et Carolina Shout) dans un trio d’où le piano est banni ! Mais aussi réduire au maximum des arrangements de big band (Don’t Be That Way, Four Brothers) qui changent de peau en évitant la peau de chagrin. Variété aussi dans les rythmes, du latin à la biguine (Humoresque, Panama, Three Blind Mice).
Pour ceux qui aiment les références et les comparaisons, on peut évoquer le trio cool West Coast du compositeur de Four Brothers, Jimmy Giuffre (celui où on l’entend à la clarinette, en compagnie du guitariste Jim Hall et du bassiste Red Mitchell en 1959) et aussi le quartette du cornettiste Ruby Braff en compagnie du guitariste George Barnes (1973-75).
Le trio des « Three Blind Mice » : une musique subtile, ductile… et utile… à tous les « Cats » friands de toutes les belles surprises que le jazz n’a pas fini de nous faire entendre.

Philippe Baudoin

Trois amis, trois passionnés, trois fous de jazz traditionnel : voila le point de départ de l’aventure “Three Blind Mice” !

A la fois généreux accompagnateurs et solistes hors pair, ces musiciens s’illustrent dans un style frais et énergique, nourri d’une complicité contagieuse et d’un sens affuté du challenge.

Les Three Blind Mice sont fascinés par les maîtres du tout jeune jazz (Bix Beiderbecke, Jelly Roll Morton, Louis Armstrong) et trouvent dans les enregistrements des années 1920 / 1930 un terrain propice a leur complicité.

Ces virtuoses s’appliquent à mettre en lumière les contours, les particularités et les rythmes qui confèrent à ce répertoire toute son originalité et sa magie.

‘Live’ in Foix Tcha Limberger Trio with Mozes Rosenberg

Track list – 1: My Blue Heaven; 2: Avalon; 3: Pour Que Ma Vie Demeure; 4: I Surrender Dear; 5: Moonglow; 6: Topsy; 7: Flamingo; 8: Someday You’ll Be Sorry; 9: Some of These Days; 10: Clair De Lune; 11: What Is This Thing Called Love
Personnel – Tcha Limberger: violin and vocals; Mozes Rosenberg: guitar; Dave Kelbie: rhythm guitar; Sébastien Giradot: contrabasse
Released – 2017
Label – lejazzetal Records
Runtime – 1:01:22

Although this album finds Mr. Limberger primarily on violin which he plays with enormous skill, supplying the requisite emotional density and his playing is fluid and beautifully controlled and exemplary throughout, he does sing on two tracks, scatting (“I Surrender Dear”) and singing expressivo wordlessly executing a succession of breathtaking passaggio phrases on “Someday You’ll Be Sorry”, while executing diabolical double, triple and quadruple stops on “Flamingo”. The album showcases the water-colours of Django Reinhardt’s “Clair De Lune” and a memorable version of Cole Porter’s “What Is This Thing Called Love”.
Mozes Rosenberg’s appearance on this recording adds enormous heft to the music and the guitarist plays with great virtuosity and character. His articulation is pure and in his extraordinary use of dynamics the absent characters in the music’s narratives live and breathe as if they suddenly appeared in front of you. Among the absolute high points on the disc is the bridge on “Avalon” where Mr. Limberger and the guitarist combine in a series of Paganini-like inversions.
The core of this group also includes Mr. Limberger’s life-long musical partners – Dave Kelbie, a rhythm guitarist of such astonishing power and skill, and so flawless a sense of time that he obviates, as always, the need of a drummer. The other musical cohort is Sébastien Giradot, a supremely lyrical contrabassist who also adds light and shade to the music as a painter daubs a canvas with colour. Together, the four musicians succeed in making this an album to die for.

RAUL DE GAMA
World Music Report

Brad Child meets la Section Rythmique

Brad Child meets La Section Rythmique: Exactly Like You, When I Grow Too Old To Dream, Poor Butterfly, Pennsylvania 6-5000, The Very Thought Of You, When My Dreamboat Comes Home, Stars Fell On Alabama, Slow Hot Wind, I’ll See You In My Dreams, Blue And Sentimental, The Five O’Clock Whistle, Linger Awhile, The Créon Sun Blues (Child). Brad Child (ts), Dave Blenkhorn (g), Sébastien Girardot (b), Guillaume Nouaux (dm), Créon, 12 juin 2017, durée: 1h12’35”.

Eh non! Les “spécialistes du jazz” n’ont pas réussi à exterminer tous les swingmen! Pour preuve ce blancement “lazy” dans “When My Dreamboat Comes Home”, stigmat du swing. Interprétation réhaussée par le jeu “méchant” (d’autre diront velu) du sax ténor et l’art de monter la tension du guitariste. Brad Child (né le 17 octobre 1965) a étudié au Sydney Conservarorium of Music. Cet Australien est sur la scène jazz de son pays depuis plus de 30 ans. Mais c’est au très fréquentable festival d’Ascona que j’ai découvert son existence. Brad joue au sein du Swing Rocket du trombone Dan Barnett (à ne pas confondre avec un autre Dan, Américain) dont la rythmique a soutenu en février 2018, Michel Pastre, Drew Davies et lui pour un International Tenor Sax Summit. Dans ce CD récent, l’accompagnement est prodigué par “LA” Section Rythmique, connue désormais sous l’abréviation LSR et qui est une garantie de réussite là où le jazz est concerné. Brad quant à lui s’inscrit dans la lignée des Texas Tenors (“Blue And Sentimental”), de Sam “The Man” Taylor (“Poor Butterfly”), Willis Jackson et quelques autres au gros son et au phrasé véhément. Le “Exactly Like You” pris sur tempo lent le démontre d’emblée. Arnett Cobb n’est pas loin. On peut penser aussi furtivement à Ben Webster dans “The Very Thought Of You”. L’expressivité prime donc chez Brad Child. Ecoutez l’exposé ténor/basse dans “When I Grow Too Old To Dream” (le développement véhément et growlé n’est pas sans faire penser aussi à l’altiste Earl Bostic). Dave Blenkhorn, dans l’esprit de Wes Montgomery, y déploie un beau sens du swing. C’est la couleur bluesy que Dave met en avant dans l’excellent “Pennsylvania 6-5000” où dans son solo, il est bien poussé par Guillaume Nouaux, et où Sébastien Girardot offre un très bon solo. Sur des tempos plus vifs, “Slow Hot Wind” et “’ll See You In My Dreams” (solo de Guillaume Nouaux) font partie des très bons moments du CD. Le swing y est de rigueur avec LSR au top! “The Five O’Clock Whiste” balance bien et Sébastien Girardot y prend un solo concis et efficace (beau son de contrebasse!). Guillaume Nouaux est magistral dans “Linger Awhile” (introduction, accompagnement et solo). Le programme du CD se termine dans le blues lent low down à souhait. Ce disque n’est pas pour ceux qui déteste le blues+swing, c’est à dire le jazz de tradition. Les autres… revivent, pensant sans doute que ça n’existait plus.

Michel “Bunk” Laplace, 21 février 2018

Michel Pastre Quintet featuring Dany Doriz & Ken Peplowski – Tribute to Lionel Hampton

cd front cover hampton small

 

*** Prix de l’Académie du Jazz 2017 ***

*** Choc 2017 Jazz Magazine ***

Michel Pastre 5tet featuring Dany Doriz & Ken Peplowski – Tribute to Lionel Hampton

Figure incontournable de la Swing Era, le vibraphoniste, batteur et chef d’orchestre Lionel Hampton, fut l’un des musiciens que je vis le plus souvent en concert depuis mes débuts dans les années 70. Comme Armstrong, Basie ou Ellington ; Hampton participa à l’éclosion précoce de ma passion pour le jazz. Compagnon de route du guitariste Charlie Christian dans les différentes petites formations swing du clarinettiste Benny Goodman. Ensemble, ils ont écrit une partie de la grande histoire du Swing. Suite logique du premier album avec ce quintet : CD Charlie Christian Project, Memories of You (Prix du Hot Club de France 2015), c’est avec évidence que nous avons choisi de poursuivre l’aventure, cette fois autour de la musique du grand Lionel Hampton. Pour réaliser ce projet, nous avons choisi d’inviter deux des plus grands musiciens en lien direct avec cette musique : le fantastique clarinettiste américain Ken Peplowski, qui débuta sa carrière chez Benny Goodman, et le célèbre vibraphoniste français Dany Doriz, qui joua avec Lionel Hampton ! La session en septet ne dura qu’une seule journée, mais le plaisir fut immense et partagé ! Je remercie aussi très chaleureusement les fidèles et talentueux musiciens qui m’entourent encore une fois dans ce projet : Malo, Dave, Sébastien, Guillaume… Keep Swinging guys !
MICHEL PASTRE

1. Downhome Jump
2. Show shiners drag
3. Avalon
4. Singin’ the blues
5. Hampton stomp
6. Dont be that way
7. Jack the bellboy
8. Ring dem bells
9. Moonglow
10.Airmail special
11.Six appeal
12.Flying home

Michel Pastre : saxophone ténor / Malo Mazurié : trompette / David Blenkhorn : guitare / Sébastien Girardot : contrebasse / Guillaume Nouaux : batterie + Ken Peplowski: clarinette + Dany Dorize: Vibraphone

27164752_1789595394425910_509311444698107629_o

https://couleursjazz.fr/site/academie-du-jazz-palmares-2017/

Michel Pastre Quintet – Charlie Christian Project – Memories of You

Au panthéon des grands jazzmen de la Swing Era, Charlie Christian y tient assurément une place de premier choix. Découvert par John Hammond (notamment producteur de Benny Goodman et qui découvrit aussi le grand “Count“ Basie…), Charlie Christian s’est affirmé comme l’un des guitaristes les plus marquants de l’histoire du jazz. Il fut le premier à imposer la guitare électrique dans le jazz . Avec ses improvisations et sa manière d’accompagner, il révolutionna la façon de jouer de la guitare …, au même titre que Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Art Tatum ou Lester Young, tous grands créateurs qui ont marqué l’histoire de cette musique durant cette période florissante du jazz des années 30/40. Charlie Christian fut également à la charnière de deux époques stylistiques, celle du swing et du bebop. L’influence de son jeu ouvrit la voie à la plupart des guitaristes mainstream et bebop qui lui succèderont. De plus, il est mon guitariste préféré ! Avec son swing et ses idées novatrices qui rejoignaient celles de mon héros le grand saxophoniste Lester Young, j’ai toujours souhaité jouer sa musique et les arrangements qu’il a immortalisés avec Benny Goodman et Count Basie entre autres…

Depuis ma rencontre avec le guitariste australien David Blenkhorn lors du Festival de Jazz d’Ascona, cette idée a lentement fait son chemin, jusqu’à nous convaincre enfin que c’était le bon moment. David est un remarquable musicien, touché par le swing et à la musicalité sans bornes. Il a relevé le challenge ! Mais pas celui de faire dans la stricte et simple copie… A nos côtés, le binôme contrebasse/batterie le plus expérimenté de la scène swing française et même internationale : Sébastien Girardot à la contrebasse et Guillaume Nouaux à la batterie. Accompagnateurs favoris de nombreux musiciens américains et européens de passage en France, le trio Blenkhorn/Girardot/Nouaux dégage un swing ravageur et authentique…Enfin, je suis très heureux de partager le devant de la scène avec Malo Mazurié à la trompette. Un vrai talent d’aujourd’hui et dont on n’a assurément pas fini d’entendre parler !

Le swing est une énergie … communicative ! Cet orchestre en est naturellement pourvu !
Bien swinguement,Michel Pastre

Michel Pastre : saxophone ténor / Malo Mazurié : trompette / David Blenkhorn : guitare / Sébastien Girardot : contrebasse / Guillaume Nouaux : batterie

1. Wholly Cats – 4:03

2. On the Alamo – 4:28

3. Shivers – 4:11

4. Stardust – 5:21

5. Breakfast Feud – 3:23

6. Soft Winds – 5:08

7. ACDC Current – 3:28

8. Memories of You – 3:49

9. Seven Comes Eleven – 4:11

10. Pagin’ The Devil – 4:16

11. Solo Flight – 2:41

12. Till Tom Special – 4:29

13 – Gone with “what” Draft – 4:05

 

Un hommage au génie de la guitare électrique, météorite trop vite disparu au firmament du Jazz, auquel on doit tant de chefs d’oeuvre immortalisés par le sextet de Benny Goodman. Par ses improvisations et son accompagnement, Charlie Christian révolutionna la façon de jouer de la guitare en même temps qu’il imposa la guitare électrique dans le jazz. Son swing et ses idées novatrices, qui rejoignent celles du grand saxophoniste Lester Young, font de Charlie Christian le guitariste préféré de Michel Pastre qui a toujours souhaité jouer ses arrangements.

Michel Pastre s’impose aujourd’hui comme l’un de nos plus fameux saxophoniste ténor français. Il se produit d’abord en petite formation puis, dans les années 90, est appelé dans des big bands : le Tuxedo Big Band de Paul Chéron et la Super Swing Machine de Gérard Badini dont il devient le soliste vedette. Prix Sidney Bechet de l’Académie du Jazz en 1999, il monte son propre big band qui triomphe dans les plus grands festivals de jazz. Sa rencontre avec le guitariste australien David Blenkhorn, mondialement réputé, l’amène à créer ce quintet swing en hommage au guitariste Charlie Christian, une figure légendaire de la grande période « Swing » au même titre que Louis Armstrong, Coleman Hawkins, Art Tatum ou Lester Young. Les autres musiciens assurent une cohésion remarquable au quintet, toujours au service du swing et des belles mélodies, parmis les meilleurs de la scène jazz classique européenne.

Cecile Mclorin Salvant – Middelheim Jazz

What a great show last week at Middelheim jazz with Cecile Mclorin Salvant. With La Section Rhythmique, we were extremely honoured to accompany the majestic Cecile at one of europe finest festivals. Some videos and photos:

[chr-youtube-gallery order=”DESC” orderby=”date” posts=”6″ category=”cecile-middelheim”]

[BMo_scrollGallery id=8 sG_thumbPosition=top sG_images=1 duration=slow gallery_width=600 gallery_height=400 thumbs_width=100 thumbs_height=100 sG_caption=0 sG_start=1 sG_loop=1 sG_loopThumbs=1 sG_clickable=1 sG_opacity=40 sG_area=200 sG_scrollSpeed=2 sG_autoScroll=0 sG_aS_stopOnOver=1 sG_diashowDelay=0 sG_followImages=1 sG_responsive=1 ]

La Section Rythmique – CD

From New Orleans to Paris and festivals around the globe, this trio plays with some of the best in swinging jazz today. David Blenkhorn (John Faddis, Scott Hamilton, Lee Konitz), Sébastien Girardot (Lillian Boutté, Evan Christopher, Cecile McLorin Salvant) and Guillaume Nouaux (Donald Harrison Jr, Chuck Berry, Leroy Jones) have a fresh take on these standards of new orleans jazz combining elements of creole, blues and funk. It is for good reason that this trio is Evan Christopher’s preferred rhythm section as it developed its personal sound informed by his knowledge of the culture and music of New Orleans (he also writes the liner notes). This group has already proven itself talented accompanists to some of the top jazzmen and is ready to take centre stage in their own right.
Augustin BONDOUX & Patrick FREMEAUX

TSF-MUST100p

1. Hard Times – 5:04

2. Just a Closer Walk with Thee  – 5:44

3. Buddy Bolden’s Blues – 4:16

4. Elijah Rock – 3:46

5. Night Train – 3:57

6. Saint James Infirmary – 5:02

7. It ain’t my Fault – 4:25

8. Girl of my Dreams  – 3:37

9. The Mooche – 2:54

10. The Nearness of You – 4:41

Visit La Section Rythmique’s Website

  1. Just a Closer Walk with Thee La Section Rythmique 5:45
  2. Hard Times La Section Rythmique 5:05